Un appui aux chercheurs

Bien des pratiques innovantes, plus humaines et plus efficaces sont issues de la recherche. C’est pourquoi la Fondation Vitae réserve une partie des fonds pour appuyer des projets de recherche qui lui sont soumis. Elle a notamment développé un beau partenariat avec le Centre de recherche sur le vieillissement (CdRV) en organisant chaque année un concours en recherche clinique dédié au personnel et aux médecins. Que ce soit pour identifier une difficulté dans une pratique clinique ou tester un nouveau processus, le professionnel pourra profiter de l’expertise d’un chercheur pour mener à bien son projet. « Sans la Fondation, un tel mentorat serait impossible », rappelle Véronique Boutier, adjointe scientifique à la direction au Centre de recherche sur le vieillissement..

Grâce à un projet de recherche financé par la Fondation Vitae, la santé buccodentaire des résidents dans les centres d’hébergement de Sherbrooke s’est considérablement améliorée en deux ans. Sur la photo, on reconnaît Sylvie Potvin, dentiste, Brigitte Michaud, préposé aux bénéficiaires et Maryse Lemay, infirmière.

 
Santé buccodentaire : un exemple

La mise en place récente d’un outil pour améliorer la santé buccodentaire des résidents des quatre centres d’hébergement sherbrookois du CIUSSS de l’Estrie – CHUS démontre bien cet effet levier. À partir d’un constat – il n’y a que 2 dentistes pour 750 patients, dont la majorité sont atteints de troubles cognitifs – est née une idée de recherche, puis un projet de recherche, pour finalement se traduire par de nouvelles pratiques!

Pour valider son idée, la dentiste Sylvie Potvin, appuyée de la dentiste Suzanne Bourque, a eu besoin du soutien de la Fondation Vitae pour l’aider à la formulation d’un projet de recherche (5 000 $); la dentiste a alors été jumelée à la chercheure Hélène Payette qui a partagé ses connaissances et la méthodologie nécessaires pour monter un projet de recherche bien ficelé, dont l’objectif était de développer et d’implanter un outil d’évaluation buccodentaire.

Le projet mené par les dentistes, avec l’appui de la professeure Payette, a été soumis à la Fondation Vitae pour sa réalisation. Le  montant de 15 000 $ a été déterminant;  il a permis d’évaluer l’outil de suivi clinique des soins et de l’implanter avec succès. On évalue que 61 % des résidents hébergés ont désormais une bonne hygiène dentaire contrairement à 9 % en 2013. Sur certaines unités de soins, cette proportion grimpe même à 95 %. « C’est un exemple concret de ce que peut apporter la recherche dans l’amélioration des services et la qualité de vie des usagers », dit Véronique Boutier.

Les résultats ont dépassé les attentes : les infirmières et les préposés aux bénéficiaires se sentent davantage valorisés dans leur rôle;  l’outil a été retenu par l’Ordre des dentistes et cette approche est désormais enseignée en Techniques infirmières au Cégep. Tout le monde en ressort gagnant ! »

Ce texte a été publié préalablement dans La Tribune a l’occasion de la campagne annuelle de financement.

Pour faire un don


Retour à la liste